Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Fermeture à relais : des organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent interpellent la CAQ

Publié le 25 octobre 2021 à 12:23, modifié le 25 octobre 2021 à 12:23

Par: Samuel Gosselin Belanger

Des organismes communautaires ont manifesté lundi matin à Trois-Pistoles, afin d’envoyer un message clair à Québec. Ils souhaitent de meilleures conditions de travail, un meilleur financement et plus de reconnaissance.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la campagne nationale «Engagez-vous pour le communautaire?». Un total de 74 organismes du Bas-Saint-Laurent, dont neuf dans les Basques, participent à cette fermeture à relais qui est organisée partout dans la région. Chaque organisation fermera à tour de rôle ses portes pendant huit minutes. Avec le cumul du relais, ils auront été fermés pour la journée afin de faire entendre leurs revendications sans toutefois mettre en péril leurs services à la population.

« Il y a un manque à gagner quand même assez important au niveau des groupes communautaires. C’est un 470 millions $ qui faut réinvestir pour que les groupes communautaires puissent accomplir leur mission de façon adéquate. On a été très déçu du dernier budget en pleine pandémie pendant que les groupes communautaires étaient au front. On a eu des miettes alors on espère avoir beaucoup plus au prochain budget en mars », explique le coordonnateur du Centre d’aide aux proches aidants des Basques.

«Les organismes d’action communautaire autonome constituent une richesse inestimable pour le Québec ! On doit mieux les soutenir, préserver leur autonomie et leurs spécificités et mettre en lumière tout leur apport, plutôt que de les tenir pour acquis et de les financer à moindre coût. Les organismes communautaires autonomes sont essentiels à l’année, pas juste en temps de crise!», signale Émilie Saint-Pierre, coordonnatrice à la Table régionale des organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent (TROC).

Les organismes souhaitent davantage d’aide

Avec le manque criant de main-d’œuvre, ce financement servirait notamment à l’embauche de personnes-ressources.

« Ça fait plusieurs années que les groupes communautaires ont n’a pas eu de rehaussement, du moins pour ce qui est du Centre de femmes. Pendant la pandémie nous avons démontré qu’on était des ressources essentielles pour le maintien du filet social afin d’aider les personnes de nos communautés», mentionne la coordonnatrice du Centre femmes Catherine-Leblond de Trois-Pistoles, Aline Denis.

« Ça passe aussi par une reconnaissance. Le financement c’est une chose, la reconnaissance de notre travail je crois qu’on l’a fait. Maintenant, c’est à monsieur Legault et à son gouvernement de démontrer que tout ça vaut quelque chose », ajoute-t-elle.

En fin de journée, des représentants d’organismes passeront le relais aux quatre députés de la région et à la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Caroline Proulx afin de porter leurs revendications à Québec.