Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Enjeux de stationnement au centre-ville de Rivière-du-Loup

Publié le 2 avril 2024 à 17:43, modifié le 3 avril 2024 à 15:16

Par: Ariane Boyer

Les nouvelles règles de stationnement mises en place au centre-ville de Rivière-du-Loup, en raison du chantier du Groupe Medway, ont déclenché une série d’effets collatéraux inattendus, mettant en lumière un problème majeur : le manque d’espaces de stationnement. Cette situation a des répercussions non seulement sur les citoyens, mais aussi sur des institutions vitales telles que la maison des aînés.

 

Un bénévole indique le véritable casse-tête qu’entraîne le fait de stationner à cet emplacement : « J’en vois souvent ici moi, j’arrive et puis, ils font le tour 2-3 fois pour un stationnement. Ils n’en ont pas, qu’est-ce que vous pensez qu’ils font? »

Selon Marielle Raymond, présidente du Comité des usagers des installations de Rivière-du-Loup, la rareté des espaces de stationnement est flagrante. Le problème s’accentue pour les travailleurs et visiteurs de la maison des aînés, contraints de se garer au CHSLD Saint-Joseph, situé à une distance de marche d’environ 10 minutes. Marielle Raymond souligne :  « Les bénévoles, il y en a beaucoup qui ont en haut de 70 ans là. Pour eux, aller porter leur voiture là-bas… »

Joannie Dubé, présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers du Bas-Saint-Laurent, partage également ses préoccupations quant à l’impact sur les membres du syndicat : « Il y a des enjeux aussi avec des nouvelles infrastructures au niveau de la ville de Rivière-du-Loup, je pense aussi à la réglementation au niveau des stationnements. » Les membres du syndicat paient déjà une cotisation pour avoir accès à des espaces de stationnement, ce qui rend la situation d’autant plus frustrante.

Les conséquences de ces restrictions de stationnement et du chantier Medway se font ressentir à travers tout le centre-ville de Rivière-du-Loup. Marielle Raymond exprime ses inquiétudes quant à l’impact sur les visites à la maison des aînés : « Je suis certaine que des gens vont manquer peut-être d’avoir des visiteurs, parce que les gens ne pourront pas stationner à proximité… » Les voix se multiplient pour dénoncer cette situation qui pénalise avant tout les patients et les citoyens de la région.

Face à cette impasse, la FIQ s’engage à entamer des discussions avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) pour trouver des solutions durables.