Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Élections municipales 2021: La période de mise en candidature est terminée

Publié le 1 octobre 2021 à 17:23, modifié le 1 octobre 2021 à 17:23

Par: Emmanuel Renaud

Les élections municipales de novembre approchent à grands pas, la période de mise en candidature s’est terminée aujourd’hui à 16h30. Le portrait des luttes à surveiller en Gaspésie est maintenant connu.

Toutes les personnes intéressées à se présenter comme candidat pour le poste de maire ou de conseiller avaient jusqu’à 16h30 vendredi pour le faire. La campagne électorale peut donc commencer.

Des luttes sont à surveiller notamment à Chandler, Bonaventure, et Percé.

À Chandler, la mairesse Louisette Langlois a annoncé récemment qu’elle quittait la vie politique après 12 ans à ce poste. Trois personnes se sont portées candidats pour tenter de lui succéder, le conseiller sortant Denis Pelchat, Marie-Claire Blais ainsi que Gilles Daraîche.

À Bonaventure, le maire sortant Roch Audet briguera un troisième mandat et il aura de la compétition. Le conseiller municipal Benoit Poirier essayera de se faire élire comme maire.

Une lutte à deux est aussi à prévoir à Percé entre la mairesse sortante Cathy Poirier et le candidat Olivier Lafontaine.

 

Des maires seront élus par acclamation dans certaines municipalités, notamment le maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe, le maire de New Richmond, Éric Dubé ainsi que le maire de Gaspé, Daniel Côté. Tous les trois n’ont pas d’adversaires pour cette élection.

Le phénomène des maires élus par acclamation n’est pas nouveau. Lors des dernières élections municipales en 2017, près du tiers des maires de la Gaspésie ont été élus par acclamation.

Selon le doctorant en science politique à l’Université Laval, Philippe Dubois, ce phénomène s’explique notamment en raison des conditions difficiles des élus municipaux, surtout dans les petites localités. Monsieur Dubois pense entre autres aux salaires peu élevés, des horaires qui sont exigeants, et de la très grande proximité avec les citoyens. Sans oublier les réseaux sociaux qui découragent parfois certaines personnes à se présenter.

« Les gens sont quand même intéressés par la chose municipale et sont prêts à aller voter s’il y a des élections, ça, c’est la bonne nouvelle. Par contre, oui il faut s’inquiéter en ce sens où ça prend des gens qui sont prêts à assumer des charges d’élus et tant et aussi longtemps qu’on va dévaloriser ces charges-là et qu’on ne mettra pas les moyens, que ça soit symbolique ou financier pour valoriser ces mandats-là, et bien évidemment les gens seront moins intéressés », explique le doctorant en science politique à l’Université Laval, Philippe Dubois.

Les électeurs seront appelés aux urnes le 7 novembre prochain.