Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des allégations d’un climat de travail « toxique » à la Ville de Baie-Saint-Paul

Publié le 3 mars 2021 à 18:26, modifié le 5 mars 2021 à 16:14

Par: Cimon Charest

La Ville de Baie-Saint-Paul se retrouve présentement au cœur d’une crise. Des employés du département des travaux publics dénoncent un climat de travail toxique.

Harcèlement psychologique, violence verbale et intimidation. Les allégations sont accablantes. Des employés des travaux publics déplorent depuis longtemps le comportement d’un contremaître.

« Ça l’a pris un peu de temps, et je pense que c’est ça qui a fait déborder le tout pour les employés, parce que ce n’est pas d’hier, et ils ont l’impression que la direction de la Ville camouflait le tout », déplore la présidente de la CSN, Ann Gingras.

Un grief syndical a été déposé en janvier. Radio-Canada rapporte que 17 personnes, dont des travailleurs, l’ont signé. Certains ont même décidé de démissionner.

« Dès qu’on a des plaintes en lien avec l’harcèlement, ce qu’on fait c’est une enquête interne, pour voir s’il y a matière d’aller plus loin. Suite à ça on a décidé de mandater un enquêteur externe, qui est spécialisé là-dedans », explique le maire Jean Fortin, qui insiste du même souffle qu’il prenait les accusation très au sérieux.

La nouvelle a été un choc pour la Ville de Baie-Saint-Paul, qui soutient d’avoir normalement d’excellentes relations de travail avec ses employés.

« J’avoue, oui, j’ai été un peu surpris de l’ampleur de la chose. C’est très important que l’ensemble des employés soient fiers et heureux de travailler à la Ville », confie le maire.

Jean Fortin persiste et signe, le rapport externe entraînera une réflexion.

« C’est bien clair que peu importe le résultat de cette enquête-là, on le sait qu’il va falloir travailler à améliorer le climat, c’est évident. Des situations comme ça, ne sont pas acceptables. »

« Il faut faire attention de cibler une seule personne, parce que lorsque quelque chose comme ça se poursuit depuis aussi longtemps, il y a eu des faiblesses au niveau de la direction », insiste de son côté la présidente de la CSN.

Il nous a été impossible de rejoindre le contremaître en question. Sa messagerie vocale indique qu’il est présentement en vacances.