Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Déménagement de la traverse : Cacouna ne compte pas lâcher le morceau

Publié le 9 septembre 2021 à 13:06, modifié le 9 septembre 2021 à 17:40

Par: Cimon Charest

Deux jours après la sortie publique de plusieurs élus en faveur du maintien de la traverse à Rivière-du-Loup, c’est au tour de Cacouna de faire prévaloir son point de vue. La mairesse Ghislaine Daris ne lâche pas le morceau et reste convaincue que Cacouna est le meilleur choix.

Selon la mairesse, le transfert permettra de développer notamment le quartier industriel qui est tout juste derrière le port.

Ghislaine Daris est certaine que ce transfert aurait des impacts positifs dans la région. Son argument est économique : épargner des sous pour le dragage. L’eau étant plus creuse à Cacouna, la traverse pourrait rester plus longtemps, voire à l’année.

« Regardez, la traverse ici ça va être un plus grand bateau, donc on vient d’augmenter le nombre de passagers », soutient-elle.

Elle prétend que si le gouvernement du Québec a acheté le port, c’est probablement pour en faire du développement économique. Ça serait dommage selon elle de « manquer le bateau ».

Elle se dit également peu impressionnée par la démarche de Rivière-du-Loup.

« Je vois dans [ce projet] une belle opportunité à Cacouna que le gouvernement du Québec développe le port à sa pleine capacité. C’est une belle opportunité qu’on a les citoyens, pas juste ici à Cacouna, mais dans la MRC et dans la région », mentionne madame Daris.

Par ailleurs, la prise de position de certains élus dérange la mairesse, principalement celle de Michel Lagacé. Elle s’explique mal pourquoi le préfet de la MRC, qui représente entre autres les deux municipalités, prend position pour un camp au détriment de l’autre.

« Ce n’est pas de supporter un projet au détriment de l’autre. Quand on regarde la traverse à Rivière-du-Loup, c’est un instrument de développement qui est extrêmement important », se défend le principal intéressé.

Plusieurs investisseurs lui ont aussi partagé leurs craintes face à un éventuel déménagement de la traverse. Toutefois, Mme Daris ne croit pas que cette situation causera une guerre de clochers au sein du conseil des maires.

Le dossier s’est d’ailleurs invité dans les élections fédérales.

« Ce n’est pas contre la mairesse, ou contre les gens de Cacouna, bien au contraire. Je pense que touristiquement, ça serait mieux que ça demeure à Rivière-du-Loup », soutient le député sortant et candidat conservateur dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, Bernard Généreux.

« Quand on regarde l’écosystème économique à Rivière-du-Loup, quand on regarde que ça fait une centaine d’années que la traverse est à Rivière-du-Loup, évidemment j’ai un préjugé favorable au maintien de ce service-là », ajoute le candidat du Bloc Québécois, Simon Bérubé.

« Le consensus régional se confirme vers Rivière-du-Loup. Je serai là pour qu’on trouve des solutions pour respecter le consensus régional », promet  le candidat libéral François Lapointe s’il est élu.

« De toute façon, le gouvernement du Québec, c’est lui qui a le dernier mot dans ce projet-là. Ils vont prendre une décision économique » leur réplique la mairesse.

D’autres élus comme Denis Tardif souhaitent de leur côté attendre que le rapport d’étude d’opportunité de la Société des traversiers du Québec soit publié avant de prendre position.