Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Coup de pouce pour le tourisme dans la Baie-des-Chaleurs

Publié le 14 mars 2019 à 17:09, modifié le 14 mars 2019 à 17:09

Par: Louis Laflamme

La pluie d’annonces d’investissements fédéraux continue en Gaspésie. La députée de la Gaspésie – Les-Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, était du côté de Paspébiac, mercredi, pour y annoncer pas un, mais six investissements reliés à l’industrie touristique dans la Baie-des-Chaleurs.

 

« On le dit, la Gaspésie, on veut en faire une destination internationale », lance la députée de Gaspésie – Les-Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier.

Il y a six organismes différents ont eu droit à un coup de pouce d’Ottawa et au total, la cagnotte qu’accorde Développement économique Canada frôle les 592 000 $.

Parmi ces bénéficiaires, ont retrouve l’hôtel Francis de New Richmond, qui reçoit 250 000 $. Le Château Blanc de Bonaventure reçoit une aide financière, de 45 000 $. Ensuite, le Gaspesian Bluegrass Music Association se voit remettre 66 600 $ pour bonifier son festival. Cime Aventure, pour sa part, a hérité d’un 45 000$ pour la mise en place d’un nouveau circuit d’hébertisme. Il y a aussi le site historique du Banc-de-Paspébiac qui pourra renouveler son exposition permanente grâce à un investissement de 30 000 $ d’Ottawa.

« Moi je pense que la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine le méritent et le méritaient depuis longtemps. C’est important pour moi que la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine on reprend nos lettres de noblesse », ajoute la députée.

Le dernier de ces six investissements est décerné au Committee for Anglophone Social Action (CASA). De leur côté, Ottawa injecte 155 600 $ pour que l’organisme puisse créer un tout nouveau circuit touristique patrimonial axé sur la culture anglophone en Gaspésie. Parce que vraisemblablement, l’industrie tente plus que jamais d’attirer une nouvelle clientèle anglophone.

 

 

 

 

 

 

 

 

« Moi, je viens de l’Ontario. Et je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de monde qui savent qu’il y a des anglophones en Gaspésie. Moi je pense qu’il y a un marché anglophone à l’extérieur de la province. C’est pourquoi la deuxième portion de notre projet c’est d’offrir comme une classification de  bilinguisme de nos produits ici en Gaspésie. Pour être capable de dire, oui, votre guide touristique est bilingue, parfait, mais quand l’anglophone vient ici, est-ce que le restaurant est bilingue », explique le consultant en développement communautaire au CASA, David Felker.

Finalement, le collègue de Diane Lebouthillier, Rémi Massé, s’est rendu à Gesgapegiag, mercredi, pour y annoncer un investissement de 113 700 $ pour l’embauche d’un responsable qui aura la tâche de développer le tourisme dans la nation micmaque.