Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Charlevoix veut connaître les résultats

Publié le 27 mars 2020 à 18:01, modifié le 27 mars 2020 à 20:57

Par: Elisabeth Payeur

Impossible de connaître le nombre de personnes infectées coronavirus dans Charlevoix comme la région fait partie du grand territoire de la capitale nationale. Est-ce une façon de contrôler l’information et d’éviter la panique? Le préfet Sylvain Tremblay, s’interroge.

Impossible de connaître le nombre de personnes infectées au coronavirus dans Charlevoix comme la région fait partie du grand territoire de la capitale nationale. Est-ce une façon de contrôler l’information et d’éviter la panique? Le préfet Sylvain Tremblay, s’interroge.

«Ce qui est un peu opaque, c’est les statistiques par rapport à la région des cas qui sont infectés dans notre région. Ça pourrait, d’après moi, nous donner des indices pour voir est-ce qu’on doit se renforcir, ou est-ce qu’on devrait augmenter dans le fond les mesures appropriées pour éviter qu’il y ait une propagation.»

L’inquiétude règne. L’information fournie par le CIUSSS est-elle suffisante pour convaincre les citoyens à suivre les règles?

Un homme dit:« On a cette impression là actuellement, qu’ici, on est un peu moins touché. Je pense que ce serait bien qu’on ait les chiffres pour que les gens restent encore vigilent.»

Un autre répond: «Si tout le monde prend des précautions nécessaire, ben d’après moi on va en venir à bout. »

« On va s’en sortir. » dit une dame.

Le maire de La Malbaie valorise les organismes communautaires et le soutien offert aux citoyens.

« On met nos lignes disponibles pour les personnes dans le besoin. Pour les gens qui ont des questions, les organismes communautaires sont là. Alors, je pense que présentement, vu l’état de la situation de la crise, je pense que les gens agissent très bien. »

Des élus de Charlevoix dénoncent que les résidences de tourisme soient incluses sur la liste des ressources essentielles.

Sylvain Tremblay dit: «Moi, je vous avoue que ,j’ai été surpris quand j’ai appris la nouvelle. Les hôtels, je comprends.  Parce qu’ils sont équipés, d’abord, pour venir faire du nettoyage avec du personnel. Dans le fond, les résidences touristiques, pour que les familles viennent s’installer, pour justement être en protection contre les milieux urbains, je pense. Je vous avoue, ça m’inquiète beaucoup. »

Tourisme Charlevoix a demandé à Québec des précisions. Dans son point de presse vendredi, le premier ministre François Legault n’a pas répondu à la question mais il a affirmé que les séjours dans une autre région ne sont pas interdits.