Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Caribou: Les experts proposent un compromis aux forestières

Publié le 21 avril 2022 à 15:10, modifié le 21 avril 2022 à 15:11

Par: Félix Côté

Dans le dossier du caribou, les gouvernements semblent vouloir faire bouger les choses à des rythmes différents et agissent à court terme. De leur côté, les experts de la forêt et du caribou présentent un compromit étudiant toutes les courbes de la situation.

Entente de principe sur le projet de loi 391 au provincial. Loi fédérale sur les espèces menacées. Le caribou se retrouve au milieu d’une chicane de garde partagée en matière d’environnement. D’un côté Ottawa dénonce l’inaction, de l’autre Québec demande gérer la situation seul.

« Le gouvernement fédéral, peut-être qu’ils n’ont pas autres choses à s’occuper, mais ils veulent se mêler du dossier», rétorque le Premier ministre, François Legault.

Une chose est cependant claire, tout le monde veut sauver l’espèce menacée par les coupes forestières. Afin de trouver un compromis, Québec compte sur sa Commission indépendante. Une solution trop lente selon certains.

« Présentement le gouvernement s’assoie, utilise une tactique dilatoire avec les audiences publiques au lieu d’exercer un vrai leadership», lance le Candidate au Parti Québécois dans Bonaventure, Alexis Deschênes.

« On espère qu’ils vont avoir le courage de prendre des mesures et de mettre les forestières à leur place, c’est-à-dire en dehors de l’aire de répartition du caribou avant la fin de leur prise de mandat», partage le porte-parole du Groupe Environnement Vert Plus Pascal Bergeron.

En regardant l’ensemble de la situation, les experts proposent un compromis : viser une réduction de coupe de 9% et reboiser des vieux chemins forestiers qui sont des autoroutes à prédateurs.

« Il n’y a pas de retour à court terme, c’est quelque chose qui se passe à long terme puisque on va protéger bien sur le caribou mais on va protéger aussi d’autres processus écologiques qui ont le potentiel de nous coûter très cher dans l’avenir », projette le professeur en du département de biologie, chimie et géographie de l’Université du Québec à Rimouski Martin-Hugues St-Laurent.

Ces conclusions des experts du Centre d’études de la forêt présentent une vision à long terme créant de l’emploi et protégeant le caribou sur 50 ans. Ils souhaitent être écoutés.

« Plusieurs citoyens se considèrent inquiets par la manière que le gouvernement du Québec gère sa forêt puis gère sa protection des espèces. Moi je pense que c’est un signal que nos décideurs politiques devraient écouter puisqu’ils représentent le peuple, et que cette ressource-là, la forêt elle appartient à tous les québécois et les québécoises», témoigne le membre de l’équipe du Centre d’Études Forestières Martin-Hugues St-Laurent.

D’ici là le ministère de la Forêt de la Faune et des Parcs poursuit sur son idée de mettre les caribous en enclos.