Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Cadeau empoisonné pour un travailleur humanitaire

Publié le 17 septembre 2018 à 16:38, modifié le 17 septembre 2018 à 17:26

Par: Louis Laflamme

Le travailleur humanitaire originaire de Nouvelle, Marien Landry, s’est fait donner un cadeau empoisonné. Celui qui récolte des dons pour un organisme caritatif au Guatemala a reçu quatre palettes de médicaments périmés. Ce colis surprise vient bouleverser ses préparatifs, lui qui doit partir le 22 octobre.

Ce qui s’apparentait à être un acte de générosité est plutôt devenu un cauchemar pour Marien Landry. En temps normal, il reçoit des vélos, des jouets ou du matériel scolaire qu’il redistribue à l’organisme qu’il soutient.

Un médecin de Paspébiac a envoyé à Marien Landry, à Montréal, quatre palettes de médicaments. Toutefois, ces derniers sont périmés, la plupart depuis 2001. Impossible pour Marien Landry d’en faire quoi que ce soit.

Le temps s’écoule avant son départ pour le Guatemala le 22 octobre prochain. Il doit désormais gérer la destruction de ces médicaments. Il ne peut évidemment pas les jeter à la poubelle. Il devra donc faire affaire avec une entreprise spécialisée. Cependant, cette démarche pourrait lui couter plus de 1000 $. Aucune pharmacie ne veut en prendre la responsabilité et assumer ces coûts.

Marien Landry dit ne pas avoir le temps ni l’argent pour se débarrasser des médicaments. Il a tant bien que mal tenté de rejoindre l’expéditeur du colis, mais sans succès. Nous nous sommes buté aux mêmes difficultés que lui, puisque la clinique médicale en question est fermée pour une période indéterminée. Le médecin n’est pas joignable. Marien Landry a déposé, la semaine dernière, une plainte officielle au Collège des Médecins du Québec.