Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Algues bleues : le ministère de l’Environnement au fait du dossier

Publié le 3 octobre 2018 à 14:34, modifié le 3 octobre 2018 à 15:14

Par: Jacob Cassidy

Le ministère de l’Environnement a répondu mardi soir à une requête envoyée plus tôt dans la journée au sujet de la présence d’algues bleues dans le Lac Baker.

Dans un courriel une porte-parole du gouvernement précise que : «À la suite d’une visite du personnel du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux, nous confirmons la présence d’algues bleues dans les eaux du lac Baker.»

«Puisque des algues bleues ont été trouvées dans le lac Unique et le lac Baker au cours des années précédentes, des panneaux d’information sont installés près de ces deux lacs. Un avis est également émis à la fin du printemps ou au début de l’été pour les lacs ayant des antécédents de prolifération», indique-t-elle.

Elle ajoute que le ministère suit le protocole d’intervention en cas de prolifération d’algues, élaboré en collaboration avec le ministère de la Santé.

Le message précise que les algues bleues sont présentes naturellement au N.-B. Dans les conditions propices (eaux tièdes, peu profondes et à faible courant et suffisamment de soleil et de nutriments), les algues bleues peuvent se multiplier et former des fleurs d’eau.

Il est recommandé d’éviter de se baigner ou de participer à toute autre activité récréative qui permettrait d’entrer en contact avec l’eau affectée. Les enfants, les animaux et le bétail doivent être tenus à distance, car ils sont plus à risque de tomber malades. Il faut également éviter de consommer l’eau du lac; la faire bouillir n’éliminera pas les toxines.

«Si vous pensez être entré en contact avec des toxines d’algues bleues dans l’eau, vous devez enlever tout vêtement mouillé et vous doucher à l’eau propre le plus rapidement possible. Les personnes qui éprouvent des symptômes ou des effets sur la santé après un contact avec de l’eau contaminée pendant des activités récréatives doivent consulter un médecin». conclut la porte-parole du ministère.