Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Affaire Ngola : L’accusation retirée et des excuses exigées

Publié le 4 juin 2021 à 16:45, modifié le 4 juin 2021 à 17:17

Par: Antoine Pelland-Ratté

Le procès du docteur Jean Robert Ngola, accusé de ne pas s’être isolé pendant 14 jours l’an dernier, a été annulé aujourd’hui en cour provinciale à Campbellton. Les avocats du médecin demandent maintenant des excuses publiques au premier ministre du Nouveau-Brunswick, sans quoi ils vont entamer des démarches juridiques.

En mai 2020, Blaine Higgs avait qualifié « d’irresponsable » lors d’un point de presse un travailleur anonyme de la santé pour avoir contribué à l’introduction de la COVID-19 dans la région de Campbellton. Le docteur Ngola a été accusé, par la population et les tribunaux, de ne pas s’être isolé à son retour du Québec.

Il doit aujourd’hui composer avec des insultes au quotidien, parfois racistes. Pour changer de vie et poursuivre sa pratique, il s’est installé au Québec, à Louiseville.

En 2020, le premier ministre du Nouveau-Brunswick s’était aussi questionné sur la nécessité de déposer des accusions « criminelles » contre le médecin.

Finalement, aucune des accusations dont faisait l’objet M. Ngola n’a été retenue. Une enquête a révélé qu’il avait été contaminé par un de ses patients au Nouveau-Brunswick.

Même si la Couronne a retiré son accusation, Blain Higgs refuse de s’excuser, notamment parce qu’il n’avait pas nommé le docteur dans ses déclarations publiques. M. Ngola et ses deux avocats, Joël Étienne et Christian Michaud, ont donné une semaine au premier ministre pour s’excuser publiquement, sans quoi ils vont entamer des démarches judiciaires.