Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

3L Express – Simon Danis-Pepin : le désavantage d’être un grand défenseur

Publié le 6 février 2019 à 18:30, modifié le 6 février 2019 à 18:04

Par: Vincent Lanoie

Le défenseur des 3L, Simon Danis-Pepin, explique la transition difficile qu’il a eu à faire chez les professionnels. Ayant toujours été le plus grand joueur de son équipe partout où il a joué, Pepin a fait saliver plusieurs recruteurs dans sa jeunesse. Comme vous allez le constater, son gabarit a été en quelque sorte un cadeau empoisonné pour lui.

Talentueux avec un bâton de hockey dans les mains en plus de mesurer 6 pieds et 7 pouces, Simon Danis-Pépin a le profil du défenseur de rêve pour toutes les équipes de la Ligue Nationale de hockey. C’est pourquoi en 2006, les Blackhawks de Chigago l’ont sélectionné dès la 2e ronde. Reconnu comme un arrière qui excelle dans les deux sens du jeu, l’athlète de 30 ans ne l’a pas eu facile à son arrivée chez les pros quand ses entraîneurs ont voulu le mouler comme un arrière spécifiquement défensif.

«Quand je suis arrivé pro j’ai trouvé ça un peu difficile de me faire demander d’arrêter d’être le joueur que moi j’ai grandi à être et de la manière dont j’ai appris à jouer au hockey. Ça été un coup dur, je en dirais pas que j’ai perdu l’amour du hockey, mais ça m’a repenser à tout ce qu’était le pro rendu-là je pense», souligné le défenseur qui a joué pendant 5 saisons chez les pros avant de se joindre aux 3L.

Avec le recul, le numéro 4 des 3L prendrait les critiques de ses entraîneurs différemment. Il réalise que ceux-ci désiraient seulement l’aider à atteindre les rangs de la LNH.

«Il y a des gens qui voulaient m’aider à devenir un joueur plus complet, mais peut-être que mon manque d’expérience ou de maturité ont fait en sorte que j’ai été une tête dure en voulant continuer à être le joueur que je voulais. Il n’y aucune rancune en bout de ligne. Aujourd’hui je suis dans une place que j’adore dans ma vie. À venir ici à Rivière-du-Loup, j’ai retrouvé l’amour que j’ai pour le hockey à être pour les gars et gagner vraiment pour l’équipe», a ajouté Pepin.