Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Bombardier: Montréal et le gouvernement négocient toujours

Publié le 16 mai 2018 à 13:16, modifié le 16 mai 2018 à 13:21

Par: Jasmin Dumas

Un pas important a été franchi hier pour la construction de nouvelles voitures de métro AZUR à La Pocatière. Il manque maintenant un seul ingrédient pour le prolongement du contrat qui lie la Société de transport de Montréal (STM) et Bombardier: une entente entre la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec.

Le projet de loi promis par les libéraux a été présenté mardi après-midi à l’Assemblée nationale. À peine quelques heures plus tard, le ministre des Transports André Fortin était à La Pocatière pour l’annoncer directement aux travailleurs de Bombardier: «Chose promise, chose faite. Ce projet de loi va vous permettre de conserver vos emplois, va permettre également de protéger l’économie de toute votre région.»

«Au cours des derniers mois, le gouvernement du Québec a demandé à la STM d’étudier des scénarios de remplacement des MR73. Le scénario du remplacement complet n’étant pas envisageable au court terme, la STM a proposé un scénario alternatif pour remplacer une partie du parc.» – Société de transport de Montréal

Une fois le projet de loi adopté, la STM pourra commander des voitures AZUR sans aller en appel d’offres. Bien que le premier ministre avait clairement indiqué qu’une entente entre le gouvernement et la Ville de Montréal devait  être conclue avant le dépôt d’un projet de loi, on apprend que les négociations sont toujours en cours. «Pour le nombre de wagons et le coût final, il y aura négociation entre la STM, le gouvernement et le consortium», explique le ministre Fortin.

Les élus locaux ne semblent pas trop inquiets. «Si monsieur Fortin vient ici aujourd’hui, c’est que tout ça chemine bien et on est confiant», analyse le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy. «Je suis encore plus confiant que je l’étais», ajoute le maire Sylvain Hudon.

Le gouvernement vise une commande qui garantirait du travail ici pendant deux ans. Le président du Syndicat des travailleurs de l’usine de La Pocatière, Mario Guignard, est satisfait: «Si on a un minimum au moins de 200 voitures qui nous amène à faire le pont entre l’ouvrage présent et l’ouvrage à venir.»

Les employés fondent beaucoup d’espoirs sur une participation au tramway de Québec.